3.1. Définition du dépistage

Le dépistage consiste à inspecter l’espace de culture (plantes, tables, plancher, pourtour des serres, etc.) afin d’y détecter la présence de ravageurs, de maladies, de mauvaises herbes ou de tout autre problème potentiel (environnemental, cultural, etc.).

Le dépistage est un élément clé pour la protection biologique intégrée. Il comprend toutes les méthodes permettant de vérifier la présence de problèmes sur les cultures et apportant une partie de l’information nécessaire à la prise de décision sur la ou les façons de régler ces problèmes. Le dépistage est la principale façon de connaître l’efficacité de la lutte biologique et intégrée puisque les auxiliaires sont difficilement repérables ou visibles. Le suivi de l’évaluation des dommages causés par les ravageurs ou tout simplement, leur présence sont des façons de savoir si le contrôle fonctionne bien.

Buts du dépistage :

  • Détecter de façon précoce les problèmes (insectes, maladies, désordre, etc.);
  • Identifier les stades de développement des ravageurs;
  • Déterminer le bon moment pour prendre les mesures correctives;
  • Mesurer l’équilibre entre les auxiliaires et les ravageurs;
  • Vérifier l’efficacité des mesures correctives apportées.

Les informations observées doivent être compilées dans un registre. Ces informations recueillies servent à identifier les stratégies de contrôle ou de prévention à utiliser afin de garder les populations de ravageurs, de maladies ou autres problèmes à un niveau acceptable. Par la suite, elles permettent aussi d’évaluer l’efficacité des stratégies employées et de prendre les décisions nécessaires.

Au même titre que l’arrosage des plantes, le dépistage est une tâche de toute première priorité dans la production en serre. Les autres tâches ne doivent pas nuire à la réalisation du dépistage puisque les conséquences peuvent être coûteuses. En effet, négliger le dépistage peut entraîner la perte de végétaux, une baisse de la qualité et donc une tache à la réputation de l’entreprise, des coûts supplémentaires d’auxiliaires et même de pesticides, des pertes de temps, etc.

Le dépistage doit être considéré comme un investissement et non comme une dépense. Le rendement financier est variable d’une entreprise à l’autre : on rapporte une réduction des coûts de l’utilisation des pesticides (produits, main-d’oeuvre, perte de qualité) de 24 à 39 % par l’utilisation du dépistage seulement (potées fleuries et fleurs coupées). Le temps requis pour dépister varie énormément en fonction de la diversité de la culture et d’un dépisteur à l’autre. Selon Casey et al. (1999) de l’Université de Cornell, un dépisteur peut couvrir une superficie de serre de 100 m2 en 10 à 25 minutes.

Un dépistage rigoureux permet d’empêcher le problème de s’étendre. Plus la présence d’un ennemi est constatée tôt, plus son contrôle sera facile.

© 2017 IQDHO. Tous droits réservés - Il est interdit de reproduire, enregistrer ou diffuser un extrait de l’information contenu sur ce site, sous quelque forme ou par
quelque procédé que ce soit, électronique, mécanique, photographique, sonore, magnétique ou autre, sans avoir obtenu au préalable l’autorisation écrite de l’institut.
Conception Web : SH Web Créations