4.1. Aleurodes

Les aleurodes ou mouches blanches [Galerie photos]
(Trialeurodes vaporariorum et Bemesia tabaci)

L’aleurode est un ravageur important dans les productions horticoles sous serres. En effet, elle attaque fréquemment les cultures de tomates et de concombres, ainsi que plusieurs plantes ornementales. Les deux principales espèces rencontrées dans les serres sont l’aleurode des serres (Trialeurodes vaporariorum) et l’aleurode du tabac (Bemesia tabaci).

Description

Petit insecte ailé blanc de 1,5 à 2 mm de long souvent présent sous la surface des feuilles. Aleurode des serres (Trialeurodes vaporariorum) : La femelle pond ses oeufs en cercle sous la feuille. Sa pupe est bombée avec une frange de poils au contour. L’adulte est plus grand et plus blanc que l’aleurode du tabac. Ses ailes au repos sont aussi plus horizontales.
Aleurode du tabac (Bemesia tabaci) : La femelle disperse ses oeufs sous le feuillage. Sa pupe est plus aplatie et plus jaune que celle de l’aleurode des serres. L’adulte est plus petit et plus jaune que l’aleurode des serres. Ses ailes sont en angle au-dessus de son corps, il paraît donc plus effilé. Depuis 2005, le biotype Q a été découvert, manifestant une résistance supérieure aux insecticides. On ne peut différencier ce biotype qu’en laboratoire.
https://www.agrireseau.net/documents/Document_93034.pdf

Cycle vital

Les oeufs sont pondus sur le revers de la feuille. Le premier stade nymphe est le seul stade immature mobile. Le cycle comprend ensuite deux autres stades nymphes, le puparium (où les yeux rouges sont visibles) et l’adulte. Il est généralement complété en 35 jours à 18 °C. S’il y a des mauvaises herbes dans les serres lorsque les serres sont fermées l’hiver, l’aleurode pourrait très bien hiberner et continuer son développement lorsque les conditions redeviennent favorables.

Dommages

Même avant l’apparition de dommages, la présence de l’aleurode diminue la valeur des plantes ornementales. Cet insecte suce la sève des plantes causant un affaiblissement, flétrissement et jaunissement de la plante. L’insecte produit également un miellat qui favorise le développement de la fumagine, un champignon noir (Cladosporium spp.). Les aleurodes peuvent aussi transmettre des virus.

Dispersion dans la culture

Les aleurodes entrent dans les serres de l’extérieur ou par l’achat de végétaux contaminés. Dans la culture, on retrouve d’abord des foyers d’infestation. La population se disperse ensuite, propagée par le vent ou par le vol de l’adulte.

Dépistage

Les adultes s’installent sous les feuilles et volent au-dessus des plants. Il est facile de les repérer en secouant légèrement le feuillage pour les déranger. Les aleurodes se retrouvent aussi sur les mauvaises herbes par terre. En général, on inspecte les têtes des plants pour trouver les adultes, et les feuilles matures pour dépister les oeufs et les nymphes. L’utilisation de pièges collants jaunes installés légèrement au-dessus des plants permet de dépister rapidement les premiers individus.

Prévention

La prévention est possible par l’inspection des nouveaux arrivages, l’élimination des mauvaises herbes, la pose de moustiquaire, l’utilisation de pièges jaunes et de plantes-trappes.

Cycle de vie de l’aleurode

Oeufs d’aleurode

Bemesia tabaci (adulte et pupe)

Fumagine sur lantana

Trialeurodes (pupe)      Bemisia (pupe)

Trialeurodes (adulte)

Plante-trappe de tomate dans la production de poinsettias

© 2017 IQDHO. Tous droits réservés - Il est interdit de reproduire, enregistrer ou diffuser un extrait de l’information contenu sur ce site, sous quelque forme ou par
quelque procédé que ce soit, électronique, mécanique, photographique, sonore, magnétique ou autre, sans avoir obtenu au préalable l’autorisation écrite de l’institut.
Conception Web : SH Web Créations