4.7. Tétranyques

Tétranyque à deux points [Galerie photos]
(Tetranychus urticae)

L’acarien phytophage Tetranychus urticae est l’acarien le plus commun en production de serre. On le dit polyphage car on le rencontre sur de nombreuses cultures. La résistance de ce ravageur aux pesticides est fréquente.

Description

Cet acarien d’environ 0,5 mm de long arbore deux taches noires sur l’abdomen. Sa couleur varie du jaune clair au marron foncé selon son stade et la plante dont il se nourrit. Les adultes possèdent 4 paires de pattes et les larves en ont trois paires. Les oeufs sphériques et translucides ont un diamètre de 0,14 mm.

Cycle vital

Les oeufs sont pondus sur le revers des feuilles. La larve qui en émerge passe par les stades protonymphe et deutonymphe avant de devenir adulte. Le cycle complet dure environ 17 jours à 20 ºC. Plus la température est élevée, plus le cycle vital est rapide. Le tétranyque se développe entre 12 ºC et 40 ºC. Au-dessus de cette température, l’acarien meurt. Il se produit plus de pontes et un développement plus rapide à faible humidité relative et à une température optimale de 30 ºC.

Les femelles entrent en diapause lorsque la température et la photopériode diminuent. Elles prennent alors une teinte orange. Elles cessent de s’alimenter et peuvent hiberner dans les structures de serre. Durant cette période, la femelle est difficile à contrôler par les produits acaricides et par les acariens prédateurs.

Dommages

Le tétranyque s’alimente du liquide des cellules végétales en piquant l’épiderme inférieur de la feuille. Il cause d’abord de petites lésions jaunes. La feuille devient ensuite décolorée sur une plus grande surface et on peut apercevoir de fines toiles. De fortes infestations occasionnent un arrêt de croissance et la mort de la feuille. En production horticole ornementale, ces dommages inesthétiques diminuent la qualité du produit et, par conséquent, sa valeur. Dans les cultures légumières, la baisse de chlorophylle dans les feuilles se traduit par des baisses de rendement.

Dispersion dans la culture

Le tétranyque se propage par le déplacement de plantes affectées, par les vêtements ou par les outils des travailleurs. Il peut marcher d’une plante à l’autre ou être emporté par le vent, accroché à son fil.

Dépistage

Le dépistage de Tetranychus urticae débute par l’observation visuelle des dégâts caractéristiques. Pour repérer ces acariens, il est important de regarder sous les feuilles. Il aime les endroits chauds et secs, il est donc recommandé de dépister près des fournaises. Les zones d’infestations des cultures précédentes sont aussi à surveiller. Il est possible d’en retrouver sur les mauvaises herbes au sol. Un patron de fins pointillés jaunes ou blancs est parfois visible à la surface des feuilles lors d’infestations avancées. De fines toiles sont aussi présentes lorsque les populations sont élevées. Les pièges collants ne sont pas efficaces mais pour les dépister, on peut utiliser des plantes indicatrices comme le haricot [Galerie photos].

Prévention

On peut prévenir les infestations en effectuant un vide sanitaire de la serre et en appliquant de l’huile de dormance sur les structures entre deux cycles de production. En cours de culture, on poursuit en augmentant l’humidité relative, en éliminant les mauvaises herbes et en dépistant régulièrement.

Cycle de vie du tétranyque à deux points

Adulte et oeuf de tétranyque

Toile et dommages

Oeufs de tétranyques

Dommages, oeufs, tétranyques sous les feuilles

Tétranyque en diapause

Dommages de tétranyques

Tétranyque à deux points et Phytoseiulus persimilis

© 2017 IQDHO. Tous droits réservés - Il est interdit de reproduire, enregistrer ou diffuser un extrait de l’information contenu sur ce site, sous quelque forme ou par
quelque procédé que ce soit, électronique, mécanique, photographique, sonore, magnétique ou autre, sans avoir obtenu au préalable l’autorisation écrite de l’institut.
Conception Web : SH Web Créations