5.1. Les types d’auxiliaires

Les auxiliaires utilisés en lutte biologique et intégrée agissent sur les ravageurs selon différents modes d’action. Certains sont prédateurs, d’autres parasitoïdes. Cette section présente les descriptions des différents types d’auxiliaires.

1. Prédateurs

Les prédateurs tuent et se nourrissent de leur proie. Ils peuvent être des acariens, des mouches, des coccinelles, des punaises, etc. Dans certains cas, il y a seulement un stade particulier de l’auxiliaire qui agira comme prédateur. Dans d’autres cas, les différents stades, tant adultes qu’immatures, peuvent être prédateurs. Ils sont généralement de la même grosseur ou plus gros que leur proie. Ils se distinguent par leur facilité à se déplacer afin de trouver leur nourriture. La prédation peut se faire soit en mâchant la proie avec leurs mandibules soit en perçant leur proie et en suçant son contenu intérieur. Certains prédateurs peuvent se nourrir de pollen en l’absence de proie. Si ce n’est pas le cas, ils doivent être utilisés lors de moyennes à fortes infestations puisqu’ils ont besoin d’un minimum de nourriture pour survivre. Lorsque le ratio entre les prédateurs et les proies devient trop grand, certaines espèces peuvent faire du cannibalisme. Pour éviter ce phénomène, certains prédateurs sont vendus avec de la nourriture le temps que la population des ravageurs soit suffisante ou simplement présente dans la culture. C’est le cas pour certains formats de l’acarien prédateur Amblyseius cucumeris.

2. Parasitoïdes

Les parasitoïdes sont des auxiliaires entomophages qui peuvent être des guêpes ou des mouches. Ils sont généralement plus petits que leur hôte. La femelle dépose ses oeufs sur ou à l’intérieur de l’hôte et au fur et à mesure que le stade immature du parasitoïde se développe, il se nourrit de son hôte et le tue. Les adultes parasitoïdes sont habituellement non parasitaires et parfois même prédateurs. Dans la plupart des cas, les parasitoïdes attaquent un stade précis d’une espèce de ravageur ou de quelques espèces rapprochées. Ce sont généralement les femelles qui cherchent l’hôte pour y déposer ses oeufs. Les parasitoïdes ont un cycle de vie plus court et plus rapide que les prédateurs. Leur présence est parfois difficile à détecter et ils sont souvent plus sensibles aux pesticides. Les adultes parasitoïdes sont très mobiles et peuvent parasiter plusieurs hôtes. Les parasitoïdes ont différentes façons de trouver leur hôte. Quelques types les trouvent simplement par hasard mais la plupart utilisent des substances chimiques volatiles, des signes visuels ou des vibrations. Ces signes sont produits par l’hôte, les végétaux endommagés ou par l’interaction de l’hôte et de la plante.

3. Nématodes

Les nématodes sont des organismes microscopiques transparents, très difficilement visibles à l’oeil nu. Ils sont souvent utilisés pour le contrôle des ravageurs présents dans le sol ou dans les tissus végétaux, où l’humidité est plus élevée. Ce sont des organismes très fragiles. Lorsque l’humidité est insuffisante, ils deviennent très susceptibles à la dessiccation. Ils sont aussi très sensibles à la présence d’ultraviolet. C’est pourquoi il est généralement conseillé de les appliquer en soirée et lors de conditions faisant en sorte que le feuillage reste mouillé le plus longtemps possible. Ils ont différentes façons d’agir. Certains se déplacent afin de trouver un hôte et le pénétrer par la suite. D’autres types de nématodes resteront sur place et attendront le passage de l’hôte pour s’y accrocher et le pénétrer. La pénétration se fait par les orifices de l’hôte (pièces buccales, anus ou stigmates). Une fois à l’intérieur, les bactéries de l’intestin des nématodes sécrètent des toxines qui convertissent les tissus de l’hôte en nourriture. L’hôte meurt dans les 24 à 48 heures suivant l’infection.

4. Agents pathogènes

Les pathogènes se vendent généralement sous la forme de biopesticides. Ils incluent les bactéries (ex. Bacillus thuringiensis), champignons (ex. Beauveria bassiana), virus et protozoaires.

À l’intérieur des différents types d’auxiliaires existent plusieurs genres et espèces d’auxiliaires qui agiront sur des ravageurs en particulier. Ces auxiliaires peuvent être utilisés dans des conditions particulières ou à différentes périodes de l’année, selon la production. La prochaine section décrit en détail les principaux auxiliaires utilisés en lutte biologique et intégrée.

© 2017 IQDHO. Tous droits réservés - Il est interdit de reproduire, enregistrer ou diffuser un extrait de l’information contenu sur ce site, sous quelque forme ou par
quelque procédé que ce soit, électronique, mécanique, photographique, sonore, magnétique ou autre, sans avoir obtenu au préalable l’autorisation écrite de l’institut.
Conception Web : SH Web Créations