5.2. Les auxiliaires

Voici une brève description des principaux auxiliaires utilisés en lutte biologique et intégrée en production serricole ornementale selon les ravageurs qu’ils contrôlent. Pour obtenir plus d’informations, consultez les fiches techniques des différents fournisseurs disponibles en Annexe du présent chapitre.

AcariensAleurodesCochenillesMineusesMouches du rivage et sciaridesPuceronsThripsCompléments

Acariens

Phytoseiulus persimilis [Photo]

Cet acarien prédateur est l’un des auxiliaires les plus utilisés pour le contrôle du tétranyque à deux points. Le stade adulte [Galerie photo] se nourrit de tous les stades des acariens alors que les nymphes ne se nourrissent que des petits stades tels que les oeufs, les larves et les protonymphes. La présence de tétranyques est indispensable à sa survie parce qu’il ne peut se nourrir d’autres organismes ni même de pollen. Lorsque la population de ravageurs est à zéro, le prédateur disparaît également et si de nouvelles infestations surviennent, il faut le réintroduire. Il est utilisé pour contrôler les foyers d’infestation à cause de sa grande voracité. L’adulte dépose ses oeufs [Photo] près des colonies d’acariens. Les températures trop basses ou trop élevées (supérieures à 30°C) peuvent nuire à son développement et il préfère une hygrométrie moyenne, contrairement aux acariens ravageurs. Il est recommandé d’humidifier la culture avant son introduction et même à quelques reprises après pour augmenter son efficacité. En condition de serre dans laquelle le taux d’humidité est bas, il aura tendance à se retrouver dans le bas des plants et ainsi, le contrôle du tétranyque pourrait être réduit. Il est disponible en bouteille de différents formats dont le contenu est dispersé ici et là [Photo] dans la culture, en sachets accrochés dans la culture ou sur un support fait de feuilles de haricots [Photo].

Fiches techniques :

phytoseiulus-persimilis-vermiculite-anatisbioprotection

PPQ-Phytoseiulus

phytoseiulus-persimilis-feuilles-anatisbioprotection

SPIDEX – Phytoseiulus persimilis

Neoseiulus (Amblyseius) californicus [Photo]

Comme son nom l’indique, cet acarien prédateur est surtout utile lorsque les températures sont chaudes, pouvant même aller jusqu’à des températures de près de 37°C. Il est utilisé pour lutter contre les acariens, comme le tétranyque à 2 points et le tarsonème trapu. Il est généralement plus tolérant aux températures élevées que P. persimilis. De plus, il peut survivre en l’absence de proie en se nourrissant de pollen ou d’autres petits insectes (thrips, tarsonème,…). Il n’est donc pas toujours nécessaire de refaire son introduction lorsque les populations de ravageurs réapparaissent. Ce prédateur fait parti de ceux qui peuvent être utilisés en prévention. L’adulte peut consommer environ 5 adultes d’acarien [Vidéo] par jour et peut également se nourrir des oeufs et des larves. Il est disponible en bouteille [Photo] de différents formats dont le contenu est dispersé dans la culture [Photo] ou en sachets accrochés aux plantes.

Fiches techniques :

SPICAL-PLUS – Neoseiulus californicuspdf

SPICAL – Neoseiulus californicus-PLUS.pdf

PPQ-A californicuspdf

PPQ-californicus-breeding-system_fr

Neoseiulus (Amblyseius) fallacis [Photo]

Cet acarien prédateur est l’un des auxiliaires indigènes du Québec. Il peut donc survivre aux hivers québécois. Il peut se nourrir de divers types d’acariens comme le tétranyque à 2 points et le tarsonème trapu, et aussi de pollen, ce qui lui permet de survivre un moment en l’absence de proie. Il consomme tous les stades d’acarien mais il préfère les jeunes stades. Il s’établit lentement et peut être actif autant par temps chaud que par temps frais. Il est fréquemment utilisé pour la lutte biologique à l’extérieur. Il est disponible en bouteille dont le contenu est dispersé [Photo] dans la culture où il pourra se déplacer très rapidement.

Fiches techniques :

neoseiulus-fallacis-feuilles-anatisbioprotection

PRO_Amblyseius_fallacis_FRANCAIS.pdf

neoseiulus fallacis-vermiculite-anatisbioprotection.pdf

PPQ-A.fallacis_Ft

Amblyseius andersoni [Photo]

Cet acarien prédateur est un généraliste qui peut se nourrir de tétranyques, de thrips, de pollen, de miellat, de moisissure et parfois de tarsonèmes trapus. Il peut bien fonctionner en serre mais il est surtout utilisé dans les cultures extérieures. Il devient actif dès 6 à 8°C et tolère des températures jusqu’à 40°C. Il faut introduire les A. andersoni en prévention. Lorsque les populations de ravageurs diminuent, ce prédateur peut rester présent dans la culture. Il est disponible en vrac et en sachet combiné à d’autres acariens lui servant de nourriture, le temps que les ravageurs apparaissent. A. andersoni peut être retrouvé naturellement dans les cultures extérieures.

Fiche technique :

PPQ-Andersoni-System.pdf

Feltiella acarisuga [Photo]

Seul le stade larvaire de cette cécidomyie se nourrit des acariens ravageurs. Elle aspire l’intérieur de ses proies à l’aide de ses mandibules. Son utilisation se fait souvent en combinaison avec d’autres acariens auxiliaires. Cette larve prédatrice est plus efficace en présence de foyers d’infestation. Elle peut se nourrir de plus de 30 oeufs d’acariens par jour. On la retrouve parfois naturellement dans les cultures lorsque les populations de ravageurs sont grandes et que les pesticides ne sont pas utilisés. Le stade de pupaison doit se faire dans le sol. Les serres avec des planchers de béton ou de graviers peuvent nuire à la pupaison et ainsi augmenter le taux de mortalité. Ces larves prédatrices se dispersent bien dans les cultures. Elles sont disponibles sur un support de feuilles ou de papiers dans une bouteille qui doit être déposée près du foyer d’infestation des acariens.

Fiches techniques :

PPQ-Feltiella

SPIDEND – Feltiella acarisuga.pdf

© 2017 IQDHO. Tous droits réservés - Il est interdit de reproduire, enregistrer ou diffuser un extrait de l’information contenu sur ce site, sous quelque forme ou par
quelque procédé que ce soit, électronique, mécanique, photographique, sonore, magnétique ou autre, sans avoir obtenu au préalable l’autorisation écrite de l’institut.
Conception Web : SH Web Créations